Yeux rouges de Jeff Petry: un nouveau vilain en ville


Loki, Thanos, Red Skull. La liste des vilains de la série Marvel est longue. Mais pour Boyd, Barrett et Bowen Petry, aucun d’entre eux n’arrive désormais à la cheville de papa Jeff.

• À lire aussi: Le Canadien rebondit à Vegas et nivelle la série

• À lire aussi: Le CH en pleine fournaise

Tout le monde a remarqué l’état des yeux de Jeff Petry lorsque les images de TVA Sports ont montré le défenseur du Canadien en gros plan pendant la période d’échauffement. En raison d’une hémorragie sous-conjonctivale, Petry a participé au match les deux yeux gorgés de sang.

  • Spectateurs au Centre Bell : écoutez l’entrevue du Dr Alex Carignan au micro de Mario Dumont:  

Le principal intéressé et ses coéquipiers ont indiqué qu’il était dans cet état depuis qu’il s’est coincé les doigts dans l’ouverture prévue pour les photographes dans les baies vitrées, lors du troisième match de la série contre les Jets.


Yeux rouges de Jeff Petry: un nouveau vilain en ville

« Je n’élaborerai pas sur le sujet, mais c’est relié à cet incident », a indiqué l’Américain, jeudi matin.

« Quand c’est dans les deux yeux comme dans le cas de Petry, ça peut être le résultat d’un gros effort. S’il a pris des anti-inflammatoires ou médicaments qui éclaircissent le sang, ça peut être une explication. Ça arrive à certains patients seulement parce qu’ils se sont frotté les yeux trop forts. S’il s’est entraîné en soulevant des poids après avoir pris ces médicaments, ça peut l’expliquer aussi », a déclaré le Dr Christian Perreault, médecin ophtalmologiste.

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Vous avez été surpris par le regard de Petry ? Imaginez ses trois garçons, tous âgés de six ans et moins. 

« Ils étaient à l’école quand je suis revenu à la maison. Ma femme a pris soin de les avertir. Quand ils sont arrivés, ils ne voulaient pas me regarder. Puis, ils ont décidé que je serais le vilain et qu’ils seraient les superhéros. Ça a apaisé la situation et ils sont un peu plus à l’aise, maintenant », a raconté Petry, sourire en coin.

 

Ajustements pendant le match

Bien qu’effrayante, la condition des yeux d’une personne atteinte de ce problème temporaire n’affecte en rien son acuité visuelle. 

« C’est bénin et ça ne menace pas sa vision. La sensation que ça donne, c’est comme si l’œil glisse moins facilement. Une impression de lourdeur. Normalement, après cinq jours c’est disparu », a souligné le Dr Perreault.

C’est donc uniquement l’état de sa main droite qui l’a tenu à l’écart du jeu lors du quatrième match de la série contre les Jets et lors de la première confrontation face aux Golden Knights.

« Chaque jour, à l’entraînement, j’essayais de pousser un peu plus pour voir où en étaient rendus mon niveau de confort et ma capacité à jouer sans nuire à l’équipe », a expliqué le défenseur de 33 ans.

 

Petry s’est fort bien tiré d’affaire. Pour son retour à la compétition, il a été utilisé pendant 20 min 47 s, a dirigé deux tirs au filet et s’est fait complice du but de Tyler Toffoli. Malgré son aisance sur la glace, il a reconnu qu’il avait dû modifier quelque peu sa façon de jouer.

« Je ne m’étais pas beaucoup impliqué dans les luttes pour la rondelle pendant les entraînements, donc il a fallu que je m’ajuste au fur et à mesure que les situations se présentaient. J’ai dû me fier encore plus à mes habiletés de patineur qui, heureusement, sont ma principale force. »

Pas de jeu de cache-cache

Pour éviter que la préhension de son bâton soit trop affectée, mais surtout pour lui permettre d’insérer ses deux doigts rattachés par une attelle à l’intérieur de son gant, Patrick Langlois, l’adjoint de Pierre Gervais, gérant de l’équipement du Canadien, lui a confectionné un gant spécial.


Yeux rouges de Jeff Petry: un nouveau vilain en ville

Capture d’écran, TVA Sports

« C’est un véritable ingénieur. Tu lui demandes ce dont tu as besoin et il le fait en un temps record. On a essayé quelques modèles jusqu’à ce qu’on en trouve un avec lequel j’étais à l’aise pour tenir mon bâton tout en ayant la protection nécessaire. »

Par ailleurs, Dominique Ducharme a soutenu qu’il n’avait pas voulu jouer à la cachette en envoyant huit défenseurs pour la période d’échauffement et en décidant au dernier instant d’insérer Petry dans sa formation. 

« C’est vrai que Jeff était confiant de pouvoir jouer, mais on avait besoin du feu vert des médecins. Après l’entraînement matinal, ils ont dit qu’ils auraient besoin de s’assurer que tout était correct après la période d’échauffement. On n’a pas joué de game », a assuré l’entraîneur du Canadien.

N’empêche que sur la première version de la formation officielle, publiée par la LNH, le nom de Petry apparaissait sur la liste des joueurs retranchés.

– Avec la collaboration de Kevin Dubé

À VOIR AUSSI…