Skull & Bones a enfin atteint sa phase alpha, mais cela n’a pas été un long fleuve tranquille


Après a priori 8 ans de développement, le jeu d’Ubisoft Skull & Bones a atteint sa phase Alpha (un terme généralement utilisé pour décrire un jeu jouable, même si les graphismes ne sont pas encore complétés). Un nouveau rapport semble pointer du doigt comment de nombreux problèmes ont miné le développement jusqu’ici – de ses débuts comme extension d’Assassin’s Creed : Black Flag, au fait d’être encore en vie grâce à un accord avec le gouvernement de Singapour.

En réponse à un long report de Kotaku, un porte-parole d’Ubisoft a répondu que « l’équipe de développement de Skull & Bones est fière du travail qu’elle a accompli sur le projet depuis leur dernière mise à jour concernant la production qui vient juste de passer le stade Alpha, et est impatiente de partager plus de détails quand le temps sera venu ».

Ce projet semble avoir été très tumultueux, cela dit. Des développeurs anonymes ont confié à Kotaku que le jeu était originellement vu comme une extension multijoueur à Assassin’s Creed 4 : Black Flag, avant de se changer en un MMO spin-off appelé Black Flag Infinite. Après cela, le jeu a été rebooté en une nouvelle licence, Skull & Bones – mais même Skull & Bones lui-même semble avoir pris différentes formes depuis.

Les sources de Kotaku déclarent que le jeu de pirates d’Ubisoft a été prototypé dans de multiples décors (les Caraïbes, l’Océan Indien, et un monde de fantasy appelé Hyperborea) ; Skull & Bones a vu sa structure de jeu changer de nombreuses fois, incluant les batailles navales en multijoueur montrées à l’E3 2017, l’expérience joueur contre environnement dévoilée à l’E3 2018, ainsi que d’autres expériences survival-like, des éléments roguelike, et des idées de jeu à service. Une idée incluait notamment une base flottante décrite comme une « cathédrale sur l’eau », et le gameplay a permuté entre incarner un pirate ou simplement contrôler un bateau. L’ensemble des idées choisies n’est pas encore clair, mais le fait que Skull & Bones ait récemment entré dans sa phase Alpha suggère que le jeu devrait avoir défini sa forme finale.

Les nombreux changements ont apparemment vu des centaines d’employés travailler sur certains objectifs, et le coût de production du jeu excèderait les 120 millions de dollars (soit 102 millions €). Une des sources de Kotaku explique que n’importe quel autre éditeur aurait annulé le jeu plusieurs fois à ce stade – mais d’autres déclarent qu’un deal entre Ubisoft et le gouvernement de Singapour a permis au projet de rester en vie, avec le studio principal Ubisoft Singapour devant lancer des jeux originaux dans les prochaines années en échange de subventions.

Ce développement difficile aurait mené à une « exode » de l’équipe de développement, et un environnement de travail toxique chez Ubisoft Singapour. Le rapport de Kotaku vaut le coup d’être lu (en anglais), et contient de nombreux autres détails sur la situation.

La dernière que l’on a entendu parler officiellement de Skull & Bones était lorsque l’on apprenait qu’il était à nouveau reporté en juin, après qu’ils aient annoncé une « nouvelle vision » en 2020. Malgré ce développement extrêmement compliqué, Ubisoft a annoncé en 2019 que le jeu serait adapté en série TV.


Florian Marques est rédacteur freelance chez IGN France.