Les salaris estiment toujours ne pas avoir t entendus par Guillemot


Depuis une semaine, la colre gronde parmi les salaris d’Activision Blizzard, alors que l’entreprise se retrouve assigne en justice par les autorits californiennes. Solidaires de leurs confrres, les employs d’Ubisoft ont largement soutenu le mouvement, alors que les dmissions s’enchanent depuis les rvlations de l’t 2020. C’est peu dire que la rponse du PDG Guillemot n’aura pas su faire redescendre la colre. 


voir aussi : Skull & Bones : Kotaku raconte les coulisses d’un projet pharaonique qui prend l’eau depuis 8 ans


Alors que le personnel du gant amricain manifestait il y quelques jours devant le Blizzard Campus pour dnoncer des pratiques sexistes et de harclement largement institues dans la direction, plusieurs centaines d’employs d’Ubisoft se fendaient d’une lettre ouverte en forme de soutien, non sans rappeler l’inaction de leur employeur depuis l’enqute du journal Libration publie en juillet 2020 :

Cela fait plus d’un an que les premires rvlations de discrimination systmique, de harclement et d’intimidation au sein d’Ubisoft sont sorties. l’poque, vous avez t surpris d’entendre parler de ces actes au sein de votre propre entreprise et nous vous avons accord le bnfice du doute. Cependant, nous n’avons rien vu de plus qu’un an de paroles aimables, de promesses creuses et d’une incapacit ou d’une rticence renvoyer les agresseurs connus.

Relation pistolaire 

Quelques heures plus tard, le PDG de l’diteur franais adressait un e-mail en forme de rponse tous ses employs :

Je tiens personnellement ritrer notre engagement en faveur d’un changement rel et durable chez Ubisoft.

Nous avons fait d’important progrs durant l’anne passe. Depuis l’t dernier, nous avons implment de nouveaux outils de rapport d’activit anonymiss, rorganis nos ressources humaines et mis en place une politique visant prvenir les discriminations, les reprsailles, le harclement, install un nouveau code de conduite, dploy des formations obligatoires… Ce sont des tapes importantes, le processus est long, et il reste encore beaucoup de travail.

La lettre d’hier exprime les inquitudes de la part de nos employs qui veulent faire d’Ubisoft un meilleur endroit o travailler. Nous avons entendu que tous ne sont pas convaincus par car ce que nous avons mis en place.

En effet : une partie des signataires de la lettre de soutien ont par la suite contact nos confrres de Games Industry pour leur faire part d’un mcontentement persistant face une direction qui continue viter certaines problmatiques : 

Nous sommes conscients que l’entreprise a progress, et nous sommes contents de lire qu’Yves et les cadres estiment que cela n’est pas encore suffisant.

En revanche, Ubisoft continue de protger et de promouvoir des harceleurs connus, la direction continue d’viter la question. Nous voulons voir arriver des changements profonds au sein d’Ubisoft et dans toute l’industrie pour le bien de nos membres.

Il est hypocrite de dire que la direction travaille sur ces sujets tout en protgeant des personnes toxiques qui abusent leur position de pouvoir. Faites mieux que a, ou vous allez continuer de voir partir des gens bien. 

Contrairement bien des prsentateurs du petit cran, les employs d’Ubisoft semblent donc dtermins ne pas lcher le morceau tant que leurs demandes n’auront pas fait l’objet d’une rponse prcise et argumente. Souhaitons que l’poque leur soit propice, et qu’ils obtiennent effectivement les prcisions attendues.