le film est un point d’entrée pour la licence d’après le réalisateur Jordan Vogt-Roberts


Cela fait deux mois que Netflix a annoncé que Legendary Entertainment et le réalisateur de Kong : Skull Island Jordan Vogt-Roberts développaient un film live-action Gundam pour la plateforme de streaming. Alors que nous en savons encore très peu, il semblerait que Vogt-Roberts ait lui plongé dans la saga pour se préparer.

Dans une entrevue récente avec le magazine Entertainment Weekly, Jordan Vogt-Roberts déclare que l’adaptation en film live-action de Gundam est un point d’entrée pour les nouveaux-arrivants à la licence, qui reste fidèle à l’oeuvre de base quant à la « nature privative de la guerre ».

« Mon objectif vise toutes les personnes qui pourraient se dire ‘je ne sais pas par où commencer [avec Gundam]’, de créer ce film et leur donner un point d’accès où tu peux dire ‘c’est là que ça commence. C’est ton point d’entrée’ » explique l’ancien réalisateur de Kong : Skull Island. « Et où les fans de Gundam disent ‘Ouais, c’est mon Gundam’ ».

Gundam a débuté quand la première série – Mobile Suit Gundam – s’est lancée en 1979. Depuis, Gundam s’est diversifié avec plus de 50 séries de télévision, ainsi qu’en manga, jeux vidéo, films, et sans oublier nombreuses figurines. Avec un catalogue très riche d’histoires diffusées à travers différents mediums, Jordan Vogt-Roberts a une multitude de possibilités à incorporer dans son film live action.

« Le film peut être un mélange de plusieurs choses, avec plusieurs repères temporels, ou autres, » indique Vogt-Roberts. Il explique aussi qu’il veut que les novices de l’univers Gundam quitte la salle de cinéma en pensant, « J’aurais jamais pensé que je pourrais devenir obsédé [par Gundam] ».

Pour le moment, Vogt-Roberts ne sait pas encore s’il va réaliser le film live-action Gundam ou son adaptation en film de Metal Gear Solid en premier. Il n’y a pas encore de date de sortie pour Gundam, bien que Brian K. Vaughan (Y : The Last Man) doit en écrire le scénario et être producteur exécutif sur le projet.


Florian Marques est rédacteur freelance chez IGN France.