J. Allen Brack s’adresse aux employs suite la plainte dpose cette semaine


Aprs le dpt d’une plainte contre Activision Blizzzard enregistre cette semaine et relaye par de nombreux mdias, le groupe dirig par Bobby Kotick est (une fois encore) point du doigt. La culture d’entreprise dpeinte par le document suscite l’motion. Le prsident de Blizzard a ragi.


voir aussi : Skull & Bones : Kotaku raconte les coulisses d’un projet pharaonique qui prend l’eau depuis 8 ans


Dans un e-mail interne obtenu par le traqueur de mauvaises conditions de travail dans l’industrie, notre minent confrre amricain Jason Schreier, J.Allen Brack a tenu s’exprimer sur la plainte dpose contre Activision Blizzard.

A la tte de la firme d’Irvine depuis 2019, l’ancien producteur excutif de World of Warcraft a fait part de son motion et semble dcid .

 

Je suis personnellement chamboul aprs la journe d’hier, et je sais que vous aussi. Les allgations et la peine des actuels et anciens employs sont extrmement troublantes. Je sais que beaucoup d’entre vous aimeraient plus de clart. Bien que je ne puisse pas commenter les dtails de l’affaire car il s’agit d’une enqute ouverte, ce que je peux dire, c’est que le comportement dtaill par ces accusations est totalement inacceptable.

Expliquant avoir succd Mike Morhaime avec l’envie de vouloir une relle quit (il cite la fministe Gloria Steinem comme modle), il assure :

L’quipe de direction et moi-mme rencontrerons certains d’entre vous pour rpondre aux questions et discuter de la faon dont nous pouvons aller de l’avant. En attendant, je veux que vous sachiez que vous pouvez parler n’importe quel manager, n’importe quel partenaire RH, n’importe quel membre de l’quipe juridique, ou n’importe qui dans l’quipe de direction.

On rappelle que la plainte fait tat d’employes dcourages porter plainte. Si ce sont les mmes manager, RH, membres de l’quipe juridique ou de direction que ceux dnoncs… Vous voyez ?

En France, Ubisoft est galement cible d’un recours collectif d’anciens employs, voquant un harclement sexuel institutionnel. Il faut croire que les moeurs ont bien du mal changer et que le soupon de pouvoir entre les mains de certains leur fait toujours croire ont des passe-droit.